Les peintres au charbon

Publié le par Monsieur Guy

 

Les peintres au charbon de Lee Hall

 

Adaptation et mise en scène : Marion Bierry


Avec : Bernard Ballet, Robert Bouvier, Thomas Cousseau, Carine Martin, Jacques Michel, Odile Roire, Eric Verdin, Arthur Vlad

 

Scénographie et costumes: Gilles Lambert

Lumières: Laurent Junod

 

Son: Cédric Liardet

 

Théâtre Artistic Athévains, 45 bis rue Richard Lenoir, 75011 Paris, Métro Voltaire, jusqu'au 22 décembre

 

Jean Dubuffet disait : «Le vrai art, il est toujours là où on ne l’attend pas(…) Là où personne ne pense à lui ni ne prononce son nom"

 

Pour sa dernière pièce Lee Hall s'est inspiré de l'ouvrage que le critique d'art William Feaver écrivit afin de rendre hommage à l'Ashington Group.

 

Dans les années trente, un groupe de mineurs de la ville d'Ashington en Angleterre décide de s'inscrire à l'Association pour l'Education des Ouvriers. Et c'est ainsi qu'ils se retrouvent non sans hésitation dans un cours dédié à la sensibilisation artistique. Vite lassés par l'enseignement de l'histoire de l'art, trop théorique à leurs goûts, ils éprouvent le besoin de passer à la pratique: peindre. Leurs talents vite révélés les conduiront vers une reconnaissance dans le milieu artistique. Plusieurs expositions leur seront consacrées.

 

Les-peintres-au-charbon-016-c-David-Marchon.jpg

                                                               Photo © David Marchon

 

En s'emparant de ce fait réel, le dramaturge Lee Hall use de tout son talent pour nous faire entendre les préjugés et les contradictions inhérents au monde de l'art. Nous entendons l'écart et les heurts entre une organisation sociale et marchande de la culture, et la singulière accession à la création de l'artiste.

 

Le langage simple des mineurs commentant l'expérience de leurs créations s'oppose et fragilise le discours formaté du savoir du professeur et de la collectionneuse.

 

La mise en scène de Marion Bierry alliée à la scénographie de Gilles Lambert est d'une belle efficacité. L'utilisation de paravents translucides crée judicieusement les temps et les espaces. L'interprétation des comédiens est généreuse et juste. Odile Roire, Bernard Ballet, Robert Bouvier, Thomas Cousseau donnent le meilleur d'eux-mêmes.

Publié dans Théâtre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article