Acte sans parole 1

Publié le par Monsieur Guy

ACTE ss PAROLE 01 - 1Acte sans parole 1

 

Texte : Samuel Beckett.
Mise en scène : Aurélia Ivan et François Lazaro.
Interprétation : François Lazaro et Paulette Caron.
Conception marionnette : Aurélia Ivan.

Théâtre aux mains nues, Paris 20e, 01 43 72 19 79, jusqu'au 17 novembre


 On connaît l'importance de l'emploi des didascalies dans l'écriture dramatique de Samuel Beckett. En découvrant  "Acte sans parole 1" nous en saisissons tout le sens et la portée  pour celui qui disait entre autre : « Le langage est d’abord et avant tout un système de gestes ».  A l'origine,  fruit d'une commande passée par  le danseur et chorégraphe Deryk Mendel, cette pantomime fut écrite pour la danse. Nous devons son adaptation pour  marionnette à François Lazaro.

 

C'est au Théâtre Aux Mains Nues, lieu dédié aux arts de la marionnette, que j'ai découvert  ce beau travail qui a été  pour moi une véritable révélation. J'en suis ressorti avec cette étrange impression d'avoir été transporté  dans une dimension singulière qui nécessitait de ma part l'emploi d'autres énergies que celles requises communément  au théâtre.

 

Habillé d'un costume sombre, le visage recouvert d'un masque de jute, François Lazaro donne vie à un petit homme de chiffon blanc pour qui vivre s'apparente à une succession d'embûches.

 

Assigné à un espace représenté par un plateau blanc et lumineux recouvert de talc, toute tentative de s'en échapper lui sera vaine. C'est du ciel, (des cintres) que lui parviennent différents objets qui, tels les fragments d'un rébus, vont devenir pour lui les moyens d'espérer s'en sortir, et les causes de son renoncement. Entre Sisyphe et Buster Keaton, pris entre sa réflexion et l'injonction stridente d'un sifflet, c'est vers le désenchantement et la résignation qu'il s'acheminera indubitablement.

 

Par leur mise en scène et la place qu'ils donnent au manipulateur  François Lazaro et Aurélia Ivan révèlent de surcroit une dimension riche de sens. Tel est manipulé celui qui croyait  manipuler pourrait en être l'éthique.

 

Saluons ce beau et étonnant travail qui mérite vraiment un large public. Celui-ci réalisera comment, avec souvent peu de moyens et beaucoup de savoir faire, les artistes tels François Lazaro et Aurélia Ivan nous transportent vers des horizons insoupçonnés.

  

 

 

 

 

 

Publié dans Théâtre

Commenter cet article