Monsieur de Pourceaugnac

Publié le par Monsieur Guy


Monsieur de Pourceaugnac de Molière


mise en scène d' Isabelle Starkier

avec Daniel Jean, Pierre Yves Le Louarn, Eva Castro, Stéphane Miquel, Sarah Sandre

Théâtre Silvia Monfort, 106, rue Brancion,   75015  Paris jusqu'au 21 juin

 

Quand on veut noyer son chien on dit qu'il a la rage.

 

Dans sa mise en scène de  Monsieur de Pourceaugnac de Molière, Isabelle Starkier prend le parti de confier le rôle du limousin à un noir. Par ce subterfuge,  elle accentue l'universalité et la modernité du texte de Molière.

 

Oronte veut marier sa fille Julie à Mr de Pourceaugnac, le limousin. Mais celle-ci et son galant, Eraste,  ne l'entendent pas de cette oreille. Alors pour déjouer le plan d'Oronte, aidés de leurs domestiques, Nérine et Scribani, les deux amoureux vont user de tous les moyens pour discréditer Mr de Pourceaugnac aux yeux d'Oronte.

 

Et c'est là que toute la magie du théâtre de Molière opère. Autour de la comédie, de la farce, la tragédie rôde. Tout comme le  rêve l'est à l'inconscient pour Freud, le rire de la farce de Molière  est la voix royale pour accéder à la compréhension des mécanismes du pouvoir et de la possession. Le psychanalyste et l'auteur dramatique, chacun à leur  manière, et Isabelle Starkier en a pris la mesure, interrogent la figure et la place de l'Autre.

 

"Quand on veut noyer son chien on dit qu''il a la rage" dit le proverbe. Alors notre Mr de Pourceaugnac sera affublé de tous les maux: malade récalcitrant à se soigner, escroc endetté, abandonneur de femmes et d'enfants, et qui plus est, polygame.

 

Face à cette "intelligence" mise au service de la perfidie  et de la ruse, Mr de Pourceaugnac prend la figure du naïf. Quand on veut écarter l'autre, ne dit-on pas qu'il est bête. Doublement bête.

 

Bête en son incapacité à appréhender les enjeux d'un discours, qui se veut rationnel sous couvert du bon sens, du progrès et de la science (ici, la médecine) pour mieux exclure ce qui va à l'encontre de son intérêt.  Bête  aussi,  car de l'exclusion au déni voire à l'élimination, la déshumanisation  lève l'inhibition  et atténue la culpabilité.  Des "bienfaits" de la colonisation aux centres de rétention, en passant par  le discours de Dakar, les résonances sont nombreuses.

 

Par son adaptation et sa mise en scène de Monsieur de Pourceaugnac, Isabelle Starkier révèle toute  l'acuité de la pensée de Molière en nous en restituant toute l'actualité.

 


 

Autour de Daniel Jean: Mr de Pourceaugnac,  quatre comédiens: Eva Castro, Sarah Sandre, Stéphane Miquel et Pierre Yves Le Louarn dans  un rythme endiablé     multiplient les changements de rôles  avec précisions et communiquent au public leur plaisir de jouer.

 

Monsieur de Pourceaugnac sera à Avignon cet été, ainsi que le précédent spectacle d'Isabelle Starkier, "Le bal de Kafka" dont j'avais dit le plus grand bien ici-même.

 

Monsieur de Pourceaugnac

Théâtre Silvia Monfort 106, rue Brancion,   75015  Paris jusqu'au 21 juin

La Fabrik’Théâtre – Avignon – à 16 h 30 du 7 au 31 juillet

 

Le Bal de Kafka

Théâtre des Halles  - Avignon -  à 14 h du 7 au 31 juillet

Publié dans Théâtre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article