MINETTI de Thomas Bernhard

Publié le par Monsieur Guy

MINETTI de Thomas Bernhard


Mise en scène de Guy Lavigerie, Patrick Michaëlis

 

Scénographie, Costumes, Masques : Gérard Didier

 

Musique : Ghedalia Tazartès

 

Lumières : Joël Hourbeigt

 

 

avec Patrick Michaëlis, Maryse Ravera, Ksénia Chebaturkina, Zbigniew Horoks ou Claude-Bernard Perot, Jean-Marie Lardy


 

Une soirée de Saint Sylvestre dans un hall d'hôtel. Minetti, le grand acteur qui n'est pas monté sur les planches depuis trente ans, a rendez-vous avec un directeur de théâtre. Une femme est là, qui comme chaque année noie son spleen dans le champagne. Une jeune fille écoute de la musique dans son walkman en attendant son fiancé. Le directeur et le portier de l'hôtel travaillent avec zèle. Des gens se croisent.

 

Dans cet univers raisonnable et conforme, Minetti éructe et vocifère son dégoût de ceux qui, disant servir l'art, l'enferment dans des catégories. Ceux là même qui dévitalisent l'art de sa folie nécessaire, si dangereuse pour leur ordre établi. L'institution culturelle fait diversion et le public cherche à se divertir. Le public étouffe sous "le bonnet de l'esprit".

 

 

 

 

Thomas Bernhard, dans une rage folle, cogne sans répit sur le masque de la normalité, du sens commun et des bons sentiments. Par son écriture, il est marteau et burin. La répétition, le ressassement, s'allient à la précision d'où surgissent l'éclat et la fulgurance d'une pensée toujours en mouvement. De son Autriche natale, il n'eut de cesse de fustiger le masque d'un conformisme souriant derrière lequel s'abritait la grimace nazie. Aujourd'hui, plus que jamais, il nous faut entendre Thomas Bernhard. Quelle barbarie nous cache le masque et les paillettes de notre société consumériste ?

 

J'ai été très troublé par la qualité du jeu de Patrick Michaëlis, il restitue avec énergie et justesse toute la vigueur de la langue de Thomas Bernhard. La mise en scène conjointe de Guy Lavigerie et Patrick Michaëlis, le décor, les sons et les lumières forment une belle cohésion. Comme la direction et le jeu des acteurs, tout est précis et efficace. Un beau travail d'équipe !

Commenter cet article